Le temps du désenchantement
du vécu des années d'opulences

 

Le pouvoir capitaliste connait enfin ses limites et la colère qu’il engendre au sein même de ces populations, exacerbe les plus démunis qui ne profitent pas d’un mieux vivre auquel ils pensaient avoir droit ; la misère devenant un problème planétaire.

Même si différents courants veulent s'approprier le discours autour de l’Homme, de la conscience et du sens, l’interrogation persistante pour l'explication de « l'être-au-monde » se poursuit et les questions cruciales restent inchangées. Toutefois les efforts philosophiques et scientifiques semblent bien converger vers un nouveau regard sur la vie conduisant l’Etre Humain à prendre conscience de sa profonde responsabilité devant le péril qu’il a créé pour lui-même et pour le monde et à modifier son attitude pour y remédier.

Les désordres et la dérive du Monde actuel sont issus de cette idéologie inconséquente, et même criminelle par ce qu’elle a engendré de pire :

- sous nutrition, mal nutrition, sur mortalité,

- pollution, maladies, pathologies,

- destruction de l’environnement, désordres climatiques,

- discriminations, conflits, génocides et guerres, etc.

 

Il est certain que la finalité de l’idéologie dominante n’est pas le bien être de tous : alors même que l’économie s’effondre, les pouvoirs financiers continuent à spéculer et à prôner la croissance, pour sauver les intérêts de quelques uns seulement.

 

Bien qu’aveuglés par les attributs du « progrès », les peuples déshérités, colonisés et spoliés de leurs droits, ont compris depuis longtemps que la partie n’était pas à leur avantage : une minorité « démocratique » exploite à la manière féodale une majorité sous contrôle.

 

Or, un jour le vent tourne : ceux qui ont vécu dans l’opulence des années « providence » sont à leur tour exploités au point de perdre leurs droits, leur emploi et leurs moyens de subsistance. Comment convaincre un citoyen qui a été bercé par le consumérisme et qui en a tiré avantage, que ce système a toujours été inepte pour l’ensemble du Monde ? Par la confrontation des idées, ce n’est guère possible. Seule la situation de crise peut faire autorité, lorsque la précarité le touche de plein fouet. Les temps de jouissance sont révolus laissant place à une période de troubles et d’austérité

 

 

 

 

LE TEMPS DU DESENCHANTEMENT

Le pouvoir capitaliste connait enfin ses limites et la colère qu’il engendre au sein même de ces populations, exacerbe les plus démunis qui ne profitent pas d’un mieux vivre

 

 

INTÉGRISME RELIGIEUX

C’est dans ce contexte qu’apparaît dangereusement le néo-irrationalisme, qui pourra prévaloir, brandissant comme étendard de combat des formes d’intolérance...

...lire la suite+

 

URBANISATION, MISÉRE ET MÉGABIDONVILLES

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la terre comptera bientôt plus d’urbains que de ruraux. Vers 2050, les deux tiers de la population mondiale vivront dans les ville...

...lire la suite+

 

LA DÉFORESTATION, LES RISQUES CLIMATIQUES

2010 était l’Année internationale de la biodiversité. Elle rendait compte de l’effondrement de plusieurs écosystèmes entrainant avec eux des dommages irréversibles...

...lire la suite+

 

LES RISQUES NUCLÉAIRES

Le nucléaire est aujourd’hui reconnu comme une composante essentielle d’un mix énergétique européen plus équilibré et privilégiant les énergies non émettrices de gaz à effet de serre...

...lire la suite+

 

L'INÉSCURITÉ ALIMENTAIRE

Pour nourrir les neuf milliards d'habitants de la planète en 2050, une réforme majeure du système alimentaire mondial s'impose afin de traiter particulièrement du problème de la "financiarisation" non contrôlée...

...lire la suite+

 

LA MONDIALISATION DE L’ÉCONOMIE :

VIOLENCE ET SOUFFRANCE SOCIALE

La globalisation se traduit par un processus d’intégration économique croissant et induit une logique qui tend à transcender les systèmes étatiques pour y substituer la logique de réseaux transnationaux...

...lire la suite+

 

LA VIOLENCE INTERGÉNÉRATIONNELLE

La génération des politiques au pouvoir est au service de l’économie et exclut deux tranches d’âge : les séniors exclus de plus en plus tôt du marché du travail et les jeunes qui y accèdent de plus en plus tard...

...lire la suite+